La guerre des deux Roses, la véritable histoire de Game of Thrones.

En tant que grande fan de Game of thrones, je me suis intéressée à la période historique qui a inspiré G.R.R Martin pour écrire sa saga.

La guerre des deux Roses est une période complexe de plusieurs conflits qui s’est déroulée de 1455 à 1485 en Angleterre.

La descendance du Roi Edouard III

Tout ce méli-mélo commence avec Edouard III. Ce roi eut seize enfants, donc vous devinez la pagaille qui va advenir parmi les héritiers. De ces seize enfants il faut juste en retenir quatre. De ces quatre fils il va en résulter quatre grandes familles:

  • Edouard dit le prince noir
  • Lionnel, duc de Clarence
  • Jean de Gand
  • Edmond de Langley, duc d’York

Edouard le prince noir est l’ainé, il meurt sans avoir régné. Il a un fils Richard.

Famille Mortimer: La fille de Lionnel, duc de Clarence, épouse Edmond Mortimer 3eme Comte de la Marche.

Famille Lancastre: Jean de Gand se marie trois fois. Sa première femme est Blanche de Lancastre, ils ont un fils: Henri Bolingbroke (Henri IV)

Famille Beauford: A la mort de ses deux premières épouses, Jean de Gand se marie une troisième fois avec Catherine Swynford.

Famille d’York: Quant à Edmond de Langley, il épouse Isabelle de Castille et fonde la famille d’York avec la naissance de leur fils Richard de Conisburg.

A la mort d’Edouard III, puisque son fils ainé est déjà mort, la couronne passe à son petit fils, Richard II.

Le règne de Richard II et l’usurpation d’Henri IV

Richard II devient roi à l’âge de dix ans. Il est d’abord sous la tutelle de son oncle Jean de Gand. Son règne est marqué par le rétablissement de l’ordre social. Il écarte l’autorité féodale et celle du parlement. Il règne presque en tyran, confisque les biens de ses sujets et n’hésite pas à emprisonner ses adversaires.

Son cousin, Henri Bolingbroke, subit les frais de cette politique. A la mort de son père, Jean de Gand, Richard II lui confisque son héritage et l’exile.

Henri Bolingbroke s’unit à plusieurs familles aristocratiques pour récupérer son héritage et fomente une rébellion contre le roi. Il en ressort vainqueur, capture Richard II et le force à abdiquer. Il devient Roi sous le nom d’Henri IV mettant à la tête de l’Angleterre la famille des Lancastre.

Henri V, vainqueur d’Azincourt

A la mort d’Henri IV, son fils monte sur le trône sous le nom d’Henri V. Dès qu’il obtient le pouvoir, Henri V met fin à ses mœurs dissolues afin de se concentrer sur ses devoirs monarchiques. Il prend part à la guerre de cent ans qui déchire la France. Il bat le roi de France sur le champ de bataille d’Azincourt. Suite à cette victoire, il se marie avec la dauphine de France et obtient le titre du régent du royaume de France. Il peut alors revendiquer la couronne de France, mais il meurt au mauvais moment sans être allé au bout de ses desseins.

Henri VI et les prémices de la guerre des deux roses

C’est au tour d’Henri VI de monter sur le trône. Il s’agit du troisième roi Lancastre. Il est sujet à des accès de folie et on le surnomme vite le roi fou. Parmi les courtisans de la cour se trouve Richard duc d’York, il est régent et protecteur du royaume. C’est-à-dire qu’il gouverne lorsque le roi ne le peut pas. Il comprend vite qu’il y a un problème dans la succession au trône de la famille des Lancastre.

En effet, la famille des Lancastre descend du troisième fils du Roi Edouard III. Comme Henri IV avait usurpé la couronne à son cousin Richard II, la seconde branche, celle des Mortimer, a été sautée dans la suite de la succession à la couronne.

Il se trouve que le duc d’York est le dernier descendant par sa mère des Mortimer, c’est donc logiquement à lui que reviendrait la couronne d’Angleterre et non à la famille des Lancastre.

Le duc d’York entre donc en guerre contre le Roi Henri VI. C’est le moment de choisir un emblème de reconnaissance parmi les alliés, le clan des York choisit une rose blanche tandis que les Lancastre choisissent une rose rouge, d’où le nom de la guerre des deux roses.

illustration de la pièce d’Henri VI de Shakespeare par Henri Payne.

A la conquête du trône

Richard duc d’York

Le duc d’York use de son influence en tant que protecteur du royaume pour écarter la reine, Marguerite d’Anjou et son fils Edouard de Lancastre.

Marguerite d’Anjou ne se laisse pas faire. Comme son mari, Henri VI, est incapable de gouverner à cause de sa folie, c’est elle qui va se mettre à la tête du clan des Lancastre.

Marguerite d’Anjou

De son côté le duc d’York marche sur Londres avec son armée. Il affronte les Lancastre à Saint-Alban au nord de Londres et en ressort vainqueur. Il en profite pour chasser tous les conseillers du Roi et en mettre de nouveaux qui serviraient avant tout ses intentions personnelles. Il se fait seconder par son neveu Warwick.

Après plusieurs années de tentatives de réconciliations et d’alliances avortées, la guerre reprend de plus belle lorsque Le duc d’York fait valoir pleinement ses droits à la successions au trône.

Les deux armées s’affrontent à Wakefield. Cette fois-ci, les Lancastre en ressortent vainqueur. Le duc d’York et son fils cadet, Edmond Plantagenêt, sont capturés et décapités. Leurs têtes sont exposées sur les remparts d’York.

Les trois fils du duc d’York

Edouard, Georges et Richard, les trois fils du duc d’York vont entrer en guerre contre les Lancastre pour se venger de la mort de leur père et de leur frère.

Les trois fils sont témoins d’un phénomène météorologique. Il s’agit d’une parhélie; un phénomène assez rare où l’on peut voir trois soleils dans le ciel (en réalité c’est la densité de cristaux de glace dans l’air qui permet cette diffusion particulière de la lumière). L’ainé, Edouard d’York, considère ce phénomène comme un signe divin et se sent investi d’une tâche sacrée. Il se considère comme était le vrai roi d’Angleterre.

Il se bat contre les Lancastre à la bataille de Townton et rentre vainqueur dans Londres. Henri VI, Marguerite et leur fils sont obligés de se réfugier en Ecosse.

Edouard d’York est couronné Roi d’Angleterre et prend le nom d’Edouard IV. Le triomphe de la famille d’York est total. Mais Marguerite n’a pas dit son dernier mot.

Edouard IV et le début de la dynastie des York

Edouard IV tombe amoureux d’une roturière, Elizabeth Woodville et l’épouse. Cette alliance ne plait absolument pas à Warwick, son chancelier. Les deux hommes se brouillent et entrent en guerre. Warwick souhaite remplacer le roi par son frère Georges. Mais la conjuration échoue. Warwick et Georges sont exilés en France où ils retrouvent la reine Marguerite et son fils. Ensemble ils s’allient pour faire tomber Edouard IV.

Cette fois-ci ils parviennent à chasser Edouard IV du trône et Henri VI devint à nouveau roi. La dynastie des Lancastre domine une fois de plus l’Angleterre.

Edouard IV affronte les troupes de Warwick qu’il tue. Puis c’est au tour des armées de Marguerite d’être décimées. Au cour de la bataille de Tewkesbury, le fils de Marguerite, Edouard de Lancastre, trouve la mort.

bataille de Tewkesbury

Marguerite, sans allié, est enfermée à la tour de Londres avec son mari.

Henri VI meurt assassiné quelques jours plus tard. Les York ont éliminé tous leurs ennemis, Edouard IV peut enfin remonter tranquillement sur le trône d’Angleterre.

Mais son frère, Georges, rêvant de la couronne, passe sa vie à comploter contre lui. Il finit, sur ordre du roi, noyé dans un tonneau de vin de Malvoisie.

La mort d’Edouard IV et les problèmes de successions.

A la mort d’Edouard IV, les tensions ne se sont pas apaisées pour autant. L’Angleterre est en proie à de vrais problèmes de successions. Le fils d’Edouard IV, Edouard V, n’a que dix ans. C’est donc son oncle, Richard, qui assure la régence en tant que protecteur du royaume.

Mais les rivalités avec sa belle-sœur Elizabeth Woodville éclatent. Craignant un complot, il prend sous son aile le nouveau roi et son frère cadet. Les deux enfants sont envoyés à la tour de Londres dans le but d’être protégés. Quelques jours plus tard, ils sont retrouvés assassinés. le mystère plane encore sur le meurtre des enfants de la tour de Londres. Est-ce un ordre de Richard? ou l’ordre d’un autre personnage? On ne le saura sans doute jamais. En tout cas ce meurtre profite bien à Richard qui monte sur le trône en tant que Richard III.

Edouard V et son frère emprisonnés à la tour de Londres
peint par Millais.

Quand Henri Tudor entre en scène

Vous allez me demander d’où vient cet Henri Tudor. Pour le savoir il faut remonter un peu dans le temps. Vous vous souvenez d’Edouard III et de ses fils qui sont chacun à l’origine de ce méli-mélo familial?

On va se concentrer sur le troisième fils d’Edouard III, Jean de Gand, celui qui s’est marié trois fois. (Pour simplifier les choses, je ne vous parlerai pas de son 2eme mariage qui n’est pas très important.)

La dernière héritière de la famille Beaufort, Margaret Beaufort, s’est marié avec un Tudor. Henri Tudor est donc son fils.

Pendant toute la guerre des deux roses, Henri Tudor grandit en France. En Angleterre, Margaret Beaufort fait valoir les droits de son fils à la couronne et combat aux côtés des Lancastre.

La fin des Lancastre, place Henri Tudor sur le devant de la scène politique. Richard III n’ayant aucune descendance, Henri Tudor devient le mieux placé pour devenir le prochain roi. Il réunit une armée et débarque en Angleterre arborant le dragon comme emblème.

Il combat Richard III à la bataille de Bosworth et le tue. C’est la fin de la dynastie des York et le début de celle des Tudor.

Henri Tudor monte sur le trône d’Angleterre sous le nom d’Henri VII. Il se marie avec la fille d’Elizabeth Woodville et d’Edouard IV. Ce mariage associe la rose blanche et la rose rouge, mettant fin à la guerre des deux roses. C’est le début d’une dynastie qui sera marquée par le règne sanglant d’Henri VIII et l’âge d’or Elisabéthain.

la rose des Tudor

La guerre des deux roses, une source d’inspiration

william Shakespeare

En plus de Game of Thrones cette période charnière de l’histoire d’Angleterre a fait couler beaucoup d’encre et a inspiré plusieurs auteurs et cinéastes dans le monde entier, à commencer par le célèbre dramaturge anglais: William Shakespeare.

William Shakespeare a écrit neuf pièces qui relatent la vie de Richard II, Henri IV, Henri V, Henri VI et Richard III.

De 2012 à 2014, le metteur en scène français, Thomas Jolly, présente dans leur intégralité les trois pièces d’Henri VI, détenant le record du spectacle le plus long avec 18 heures de show. Il monte par la suite Richard III.

Pour plus d’infos sur le travail de Thomas Jolly et sa compagnie la piccola familia, c’est par ici: http://www.lapiccolafamilia.fr/henry-vi/

Les séries The White Queen et The White Princess, inspirées des romans de Philippa Grégory, relatent les amours d’Edouard IV et Elizabeth Woodville et racontent l’ascension des York et des Tudor.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *